I solemnly swear that I am to up to no good.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When you're cursed you're always hoping. | Lindsay.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 199
Réputation : 8
avatar

Poufsouffle
MessageSujet: When you're cursed you're always hoping. | Lindsay.   Jeu 26 Jan - 20:59


Lindsay Ronnie Jedusor
"Blood on my name."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

17 ans ∞ 7ème année ∞ célibataire
sang-mêlé ∞ épouvantard : moi-même contre mon père ∞ patronus : dragon
poufsouffle ∞feat Mia Wasikowska ∞ the gifs box & hq icons


Caracter

Je ne suis pas du genre à me plaindre pour quelque chose de futile et inutile. Je prends souvent la vie comme elle vient. Je suis du genre à prendre la simplicité. Je ne cherche pas les complications même si j'ai un caractère qui me fait foncer sans réfléchir dans des aventures pas possible. Cependant, je suis du genre solitaire et réservée, j'ai parfois peur de ce qui peut arriver. Je ne suis pas une grande courageuse, c'est pour cela que je préfère ne rien faire, prendre sur moi et attendre que la tempête se calme. Néanmoins, ces derniers temps, mon caractère de battante et un courage sorti de nul part se sont soudainement réveillés. Je prends sur moi et j'apprends pour la première fois à dire stop et à affronter la vie, une autre vie.


My Life

Mon histoire est loin d'être ordinaire. Je comprends parfaitement pourquoi certaines personnes me fuient. Quand on a une famille comme la mienne, c'est certain que l'on ne doit pas s'attendre à être aimé. Loin de là. Je n'ai jamais choisi ma famille et j'ai décidé de renier mon héritage. Après tout, il y a du sang sur mon nom de famille.

Je suis née un certain 11 mars dans une vieille maison abandonnée. Enfin, c'est ce que l'on m'a raconté. Ma mère ne m'a jamais voulu. J'étais l'erreur d'une nuit. Je me demande si elle m'a véritablement aimé. Et quand bien même je voudrais lui poser la question aujourd'hui, elle ne serait pas apte à me répondre. C'est sûre que d'être six pieds sous terre n'aide pas à la conversation. Quoi qu'il en soit, elle avait reçu des instructions très simples. Elle devait m'élever dans la haine des moldus, des nés-moldus. Je devais prôner ce que l'on appelle la pureté du sang. Mais elle remplit jamais ces instructions. Elle s'occupait de moi comme elle l'entendait, peut importe ce qu'on avait pu lui dire.

Dans mes souvenirs, ma mère était une femme libre. Elle se dictait sa propre volonté, et je la revoyais, une bière-au-beurre à la main, en train de me dire d'être moi-même, ne jamais tricher avec les autres, de ne pas se laisser influencer par les sois-disant sang-pur. Je n'ai jamais connu mes grands-parents. D'après ma mère, ils avaient toujours été de ces sorciers qui prônaient le contrôle sur les moldus parce qu'ils étaient de sang-pur. Elle riait aux éclats lorsqu'elle en faisait mention. Elle avait toujours fait au mieux pour satisfaire ses parents jusqu'à ma naissance.

Avec le recul, je pense qu'elle m'aimait réellement. Elle avait juste sa façon à elle de le montrer. Elle ne cherchait pas à m'enseigner tel ou tel valeur, elle me laissait faire. Elle avait une certaine confiance en moi et en mes décisions. Il arrivait qu'elle me donne des conseils, mais ces derniers restaient rares. Mais je crois que sa plus grande décision fut quand elle m'avoua qui était mon père. Il était loin d'être celui que j'avais imaginé. Ce père, je ne le connaissais pas. Il n'était ni celui de mes pensées ni celui que j'avais tant espéré. C'était un assassin. Il était une personne que je n'espérais pas devenir. Pire encore, je portais son nom de famille.

À mes onze ans, j'entrais à Poudlard. Je croisais pour la toute première fois Harry Potter. Je savais que ses parents étaient morts à cause de mon père et j'avais du mal à le regarder dans les yeux. Puis, vint le moment de la répartition. Je n'avais aucune envie de me retrouver à Serpentard. Je ne voulais pas être dans la maison de mon ancêtre. Je n'avais rien de lui. Ce fut comme si le Choixpeau m'avait entendu, il m'envoya à Poufsouffle et ma première année à Poudlard se déroula merveilleusement bien. Mais ma deuxième année était loin d'être idéale. Harry avait trouvé un journal répondant au nom de Tom Jedusor. Je niais, je répondais que je ne connaissais pas ce nom et partit me réfugier dans la salle commune de Poufsouffle. De plus, la chambre des secrets avait été ouverte. J'avais entendu dire que c'était Serpentard qui l'avait édifié. J'avais peur que l'on m'accuse. J'avais peur qu'on me pointe du doigt. Cependant, on me laissa tranquille, mais je voyais bien le regard d'Harry, Ron et Hermione changé vis-à-vis de moi. Ils étaient devenus méfiants. Ils savaient.

Et mon monde finit par s'effondrer à la fin de la quatrième année. Cédric était mort, mon père était revenu et le nom de Tom Elvis Jedusor, connu sous le nom de Lord Voldemort, fut prononcé à haute voix. Je sentais quelques regards se poser sur moi. Tout le monde savait qui était mon père, tout le monde savait qui j'étais et j'avais honte. À partir de ce moment là, toute ma vie à Poudlard fut un combat, celui de faire comprendre que je n'étais pas comme mon père. On finit par prendre le Poudlard Express et lorsque l'on revint à la gare 9 ¾, je ne trouvais pas ma mère sur le quai. Je fini par rentrer toute seule chez moi et découvrir mon père qui m'attendait dans le salon, ma mère sur le tapis, sans vie. Je passais le reste de mes vacances enfermée chez le professeur Rogue et parfois chez les Malefoy, tout ça sous les ordres de celui que je devais appeler père. J'ignorais tout ce qu'il se passait autour de moi. J'étais une traite à mon sang et il fallait réparer cette grossière erreur. Je devais me montrer cruel envers ceux qui m'entouraient, leur marcher sur les pieds, devenir quelqu'un d'autre.

Je fus soulagée de rentrer à Poudlard, mais ce fut d'un cours instant. Le ministère refusait d'ouvrir les yeux et j'avais interdiction de parler. Quand allaient-ils ouvrir les yeux ? Certains me demandaient si mon père était rentré à la maison, si je l'avais accueilli comme il se devait. Certains me crachaient au visage, me faisaient de mauvaises blagues. Poudlard n'était plus un refuge pour moi, mais je continuais à me battre. J'étais beaucoup mieux à l'école qu'avec mon père. Puis la sixième année arriva. Je n'avais toujours pas reçu la marque des ténèbres contrairement à Drago Malefoy. À en croire mon père, il en était beaucoup plus digne que moi. Je lui laissais cette malchance d'être Mangemort. Ce n'était pas l'un de mes projets. Cependant, je voyais bien que mon père s'impatientait. Je me demandais si ce n'était encore qu'une question de temps avant qu'il ne décide à me tuer. C'est pour cette raison que, lors de ma septième année, je décidais de rejoindre la résistance. Les autres commençaient à retrouver une certaine confiance en moi. J'avais décidé d'en finir. Je voulais éviter la guerre mais je ne savais pas comment m'y prendre. Je me réfugiais à la bibliothèque, feuilletant tous les livres possibles. Puis, je réussis à convaincre un des Carrow de me laisser un accès à la réserve. Je trouvais un livre de magie noire que j'empruntais et c'est là que je trouvais la formule pour remonter le temps. Je tenais enfin la solution à tous nos problèmes.

Lorsque Harry revient à Poudlard pour chercher le diadème perdu de Serdaigle, je lui exposais mon plan, mais il ne m'écouta à moitié. La guerre avait débutée, les corps tombaient autour de moi et je devais retrouver celui que l'on appelait l'élu. Lors de la trêve, je le trouvais dans le bureau du directeur, il était prêt à mourir. Non. Il ne pouvait pas abandonner. Je lui exposais mon plan, voyager dans le passé, aider l'ordre et détruire Voldemort. Quand à lui, lorsque l'on aura réussit, il deviendrait quelqu'un inconnu de tous, un sorcier banal vivant avec ses deux parents. Je ne sais pas comment je réussi à le convaincre, mais on finit par trouver Ron et Hermione, leur expliquer mon plan et nous étions partis vers le temps des Maraudeurs.


Behind the mask...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

∞ Pseudo/Prénom: stitch.
∞ Age: 22 ans.
∞ Où as-tu trouvé le fofo? Je l'ai créé depuis très longtemps.
∞ Qu'en penses-tu? Il a sombré comme le Titanic et il va revenir tel le phénix.

© sobade.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
When you're cursed you're always hoping. | Lindsay.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cursed treasure
» Cursed Moon; VS 2
» ♪ Who's that girl ♪
» Cette nuit...c'est moi qui tire les ficelles !!! [Blood Hoping]
» The Lion King Blood Cursed

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Turner :: Prologue :: Répartition :: Affaires classées-
Sauter vers: