I solemnly swear that I am to up to no good.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Here we are, don't turn away now. | Peyton.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 149
Réputation : 0
avatar

Gryffondor
MessageSujet: Here we are, don't turn away now. | Peyton.   Ven 27 Jan - 2:07


Peyton Emily Dickson
"As a child, you would wait and watch from far away."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

16 ans ∞ 6ème année ∞ célibataire
née-moldue ∞ épouvantard : la mort ∞ patronus : panda roux
gryffondor ∞ feat Elizabeth Olsen ∞ astrid rps


Caracter

J'avais toujours été ce genre de fille. Celle qui était complètement renfermée sur elle-même, très réservée et ayant peur du monde qui l'entourait. Malgré tout, j'ai su prendre sur moi. J'ai relevé la tête et j'ai commencé à m'amuser. Je n'avais pas à avoir peur, je n'avais pas à avoir honte de ce que j'étais. Quand je compris ça, je me suis sentie pousser des ailes. J'avais l'impression que rien ne pouvait m'atteindre. J'ai commencé à profiter de la vie, faire la grande enfant. Je ne suis pas très sérieuse, mais j'arrive à l'être quand la situation se complique. Courageuse, il m'arrive néanmoins de m'attirer pas mal d’ennuis. Mais j'ai toujours essayé de m'en sortir, et je m'en sors toujours !


My Life

J'avais toujours cette tendance à croire que j'étais aimée, choyée et protégée. Non pas que je ne l'ai pas été, c'est beaucoup plus compliqué. À croire que ma vie est faite de complications. En fait, je crois que c'est moi qui cherche à la compliquer. Bien heureusement, j'ai enfin appris à m'accepter tel que je suis. Lorsque l'on croit en soi, on se sent pousser des ailes, comme si rien ne pouvait nous arrêter. C'est tout simplement ce que j'ai fait, j'ai appris à avoir confiance en moi et ne plus reculer devant l'adversité.

Mon histoire commence dans la banlieue de Londres, dans un petit village de campagne. C'est un coin plutôt agréable et on profite de la vie comme on l'entend. Mais j'ai commencé à comprendre que quelque chose n'allait pas avec moi durant mon enfance. J'avais l'impression que des choses étranges se passaient autour de moi quand j'étais en colère ou triste. Les autres avaient commencé à m'éviter, certains disaient que j'étais bizarre, et quelques uns se fichaient pas mal de moi. En fait, c'était un sentiment assez étrange. À croire que l'on n'est pas assez bien, que l'on ne pourra jamais être qui nous sommes. Les enfants sont cruels. Je l'ai appris à mes dépends.

Mes parents sont de simples moldus. Enfin, c'est comme ça qu'on les appelle dans le monde magique. Et oui, quelle fut la surprise de mes parents d'apprendre que leur petite fille chérie était une sorcière et que j'étais déjà inscrite dans l'école de sorcellerie Poudlard. En fait, j'ai eu un peu de mal à le réaliser. Mes parents pensaient que c'était une mauvaise blague, alors que moi je commençais à croire en cette histoire un peu sortie de nul part. Puis, un de ces sorciers est arrivé, s'est présenté et à commencé à nous parler du monde magique. Mes parents n'étaient toujours pas très convaincus. Je me souviens très bien de ce qu'il s'est passé par la suite. Il m'a demandé si des choses étranges n'étaient pas arrivé lorsque j'étais en colère. J'ai commencé à raconter mes mésaventures, pourquoi j'étais toujours seule à l'école, comment les autres me traitaient, … Je n'ai épargné aucuns détails et mes parents ont du se rendre à l'évidence.

Quelques jours après la visite du sorcier, j'avais commencé à imaginer que tout cela n'était qu'un simple rêve. Pourtant, la rentrée arrivait à grand pas. Et quelle fut ma surprise d'apprendre que je devais passer ce mur de pierre pour atteindre la voie 9 ¾. J'avais réussi à passer et j'avais finit par monter dans le train. J'avais l'impression que certains se connaissaient alors que d'autres semblaient être totalement perdus, un peu comme je l'étais d'ailleurs. Je regardais les élèves avant de me regarder. Mes parents n'étaient pas très riches et ça se voyait. J'avais un t-shirt un peu trop grand pour moi. En effet, il m'arrivait jusqu'aux genoux. Un jean qui me tombait sur les pieds et qui tenait grâce à une ceinture et des baskets trouées. Je relevais la tête, espérant que personnes ne me voient dans cet état. C'était la première fois que je me souciais de mon apparence. C'est alors que je vis ce groupe de garçons arriver. Ils étaient quatre et ils arrivaient dans ma direction, ni une ni deux, je me jetais dans le premier compartiment et me retrouvait nez à nez avec une fille et un garçon, tout deux de premières années. Comment je le sais ? Évidemment que l'on a parlé dans le train. Je regardais le groupe de garçons passer. Si déjà on me trouvait bizarre dans les écoles moldus, je n'imagine même pas à Poudlard.

On finit par arriver au château par le lac. C'était impressionnant et j'avais déjà envie d'y être. Cette fois, je n'avais plus honte. Après tout, j'étais habillée comme les autres cette fois. Puis la répartition commença et plus j'attendais, plus j'angoissais. Puis vint mon tour. Je m'assis sur le tabouret attendant la décision de ce chapeau étrange. Gryffondor. Je me levais avec un sourire et avançais faire ma table avant de me figer sur place, voyant qui était à la table. Je m'asseyais le plus loin d'eux possible. La façon dont je les avais évité dans le train était assez étrange, ce n'est pas pour en discuter quelques heures plus tard.

Mes trois premières années à Poudlard avaient été assez étranges. Je passais mon temps à éviter ce groupe de garçons, même dans la salle commune. À peine j'en croisais un, je montais directement dans mon dortoir. Il faut dire que j'avais encore en tête toutes les moqueries des enfants à l'école moldue. J'avais un peu de mal à me les sortir de là tête. Et, surtout, j'avais vu le comportement de ces derniers avec un Serpentard. Je n'avais pas envie d'être leur nouvelle cible humaine, c'est pour cela que je les évitais. Je laissais cette galère à ce Serpentard. J'avais eu ma dose de moquerie quand j'étais petite. C'est pendant les vacances d'été avant ma quatrième année que le changement commença. J'avais invité Kathleen, la fille du Poudlard Express, devenue ma meilleure amie, à venir passer un séjour chez moi. On parlait de tout et de rien jusqu'à ce qu'elle ouvre mon armoire. J'ai bien sentit son regard réprobateur et elle a commencé à faire le vide. Au final, il ne me restait plus grand chose. Elle me donna des vêtements à elle, prétendant qu'ils m'iraient beaucoup mieux qu'à elle, que de toute façon, elle n'en voulait plus. Alors que je faisais semblant de bouder, disant que mon armoire n'était pas une poubelle pour ces vêtements, elle m'a regardé le plus sérieusement du monde. Je me souviens encore de ce qu'elle m'a dit ce jour-là : « Si tu veux plaire à un garçon, je t'en supplie, évite de ressembler à un épouvantail. On est en quatrième année, nous ne sommes plus des bébés. Alors, prends sur toi, assume qui tu es, et devient un canon. » Sur le coup, ces paroles m'ont choqué, mais c'est à ce moment là que je l'ai prise au sérieux.

Le jour de la rentrée, j'avais complètement changé d'apparence. Kathleen m'avait fait prendre confiance en moi. Lorsque je retrouvais mes amis, Carter eut du mal à croire que c'était moi. Quant à Kathleen, elle riait de la réaction de notre ami. Nous avons passé notre temps dans le Poudlard Express à lire de tout et de rien. Lorsque l'on descendit du train, on se dirigeait, comme à notre habitude, vers les diligences. Il restait encore de la place dans celui où se trouvait les quatre garçons que j'avais pris soin d'éviter ces quatre dernières années. Alors que mes amis avaient déjà commencé à s'installer, je les rejoignis sans la moindre hésitation. Je continuais de leur parler, comme si de rien était. Je me souviens encore la réaction de Kathleen. Elle était complètement surprise. Je crois qu'elle ne s'attendait pas à ce genre de situation. En tant normal, je serais restée sur le côté, disant que j'attendais la prochaine diligence. Il était temps de changer.

J'assumais de plus en plus qui j'étais. Kathleen m'avait appris à laisser de coter mon histoire dans cette école moldue. Pour elle, s'était parfaitement normale. J'avais été différente dans cette école car je ne pouvais pas être moi-même. À Poudlard, je pouvais devenir la personne que j'étais depuis toujours. Kathleen avait su trouver les mots. Ce n'était pas à cause des garçons que je devenais comme ça, c'était parce que j'avais toujours été cette personne. J'étais beaucoup plus sure de moi et j'agrandissais mon cercle d'amis. J'avais réussi à m'affirmer et je n'hésitais pas à dire ce que je pensais. Ce changement me valut quand même de connaître l'amour. Et oui, je suis sortie avec mon meilleur ami, Carter. Mais ça n'a pas duré bien longtemps. Vous imaginez sortir avec votre frère ? Ça faisait un peu pareil. Nous redevenions de simples amis après une longue conversation. Carter avait une véritable place dans ma vie et je n'aurais jamais supporté qu'il s'éloigne de moi. Ce n'est qu'un ami et je le vis très bien.

Au final, ma quatrième année se déroula plutôt bien, et je ne parle pas de ma cinquième année. Je n'avais plus peur de fuir ces garçons et je leur disais même bonjour de temps en temps, lorsque l'on se croisait. Mais je n'avais eu de réelle conversation avec eux, mais ce n'était pas le plus important. Peu importe si eux ou d'autres élèves me trouvaient bizarre, l'importance c'est que je me sente bien. Maintenant, j'entame ma sixième année, et je compte bien continuer sur cette nouvelle lancée.


Behind the mask...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

∞ Pseudo/Prénom: stitch.
∞ Age: 22 ans.
∞ Où as-tu trouvé le fofo? Dois-je me répéter ?  :21Lind:  :31Lind:
∞ Qu'en penses-tu? Il reviiiit !  :34Lind:

©️ sobade.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Here we are, don't turn away now. | Peyton.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» 01. Turn down these voices, inside my head
» Thousands of Haitians turn out to call for Aristide's return
» India helps Haiti slum dwellers turn trash to cash
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Turner :: Prologue :: Répartition :: Affaires classées-
Sauter vers: